top of page

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier :

 

« Le sentiment d’agentivité, de pouvoir gouverner sa vie, est défini par le rapport à son corps et à ses rythmes : dormir, se réveiller manger, s’assoir, marcher, dessine le contour de nos journées. Pour trouver sa voix on doit être en prise avec son corps, capable de respirer pleinement et d’accéder à ses sensations. (…) Quand on agit, on se sert de son corps pour prendre sa place dans sa vie. »

 

Au cours de cette lecture j’ai été ravie de constater que les plus grands neurologues reconnaissent comme primordiaux les effets de la danse, du yoga, du chant, et du théâtre, dans le processus de guérison des traumas les plus lourds qui soient, en complément d’une thérapie verbale… et s’interrogent sur leur disparition des programmes scolaires, mais ça c’est une autre histoire…

 

La danse nous met en contact avec le souffle, avec la matière du corps, avec les sensations, avec son intelligence et ses émotions. Trauma ou pas, c'est bon à prendre, non ?

 

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Fracassée et flamboyante

Je me suis souvent posé la question des biais à travers lesquels je voyais le monde, comme s’il pouvait y avoir une manière juste de le voir, et que la mienne, passée au crible de mes passions, de mes

bottom of page