top of page

Mon corps de gloire

La formule mathématique du jour :


Si c'est par la sensibilité qu'on s'ouvre à l'absolu, et que la sensibilité se cultive par l'art : qu'est-ce qu'on attend pour pratiquer la danse, et retrouver notre corps de gloire... ? Notre corps spiritualisé ?



Il y est question d'un funambule entre les tours jumelles, de taoïstes, de romantiques allemands du XVIII° siècle, de punks des années 80, d'instagrameuses yoga des années 2020. Et au final, ça dit si bien comment je vois la pratique de la danse, et ça correspond si bien au thème du stage de ce week end, que je ne résiste pas à vous l'envoyer tel quel.


Ben oui quoi : la peau est le plus grand et lourd organe du corps humain, et c'est un organe de sensibilité. Ça en dit long sur l'être humain... non?



Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page