top of page

Mais toujours, il y a...

L’année dernière, ou il y a deux ans je ne sais plus, j’ai lu Les raisins de la colère de Steinbeck. Les images restent imprimées dans ma tête.

Au moment de la Grande Dépression aux États-Unis, des milliers de familles perdent le peu qu’ils possèdent et partent en quête de travail, vers l’Ouest.

Sur la route émergent des camps plus ou moins salubres, plus ou moins organisés, plus ou moins officiels.

Il y a la mort, la peur, la saleté.

Il n’y a pas toujours à manger, ni de quoi dormir, ni de respect. Ni de justice. Très peu d'argent.

Mais toujours, il y a la musique. Et toujours, il y a la danse. Partout. Dès que possible.

Un bal est menacé d’annulation par les autorités, pour des raisons de sécurité : c’est l’émeute, l’indignation.

Comme si la danse était le noyau inébranlable de l’humanité.

Ce qui unit.

Ce qui allège.

Ce qui nous consolide, en tant que personne, et en tant qu'espèce.

En tant que communautés.

Ce qui nous permet d’avancer.

De sentir le plaisir d’être.

Et d'être ensemble.

Posts récents

Voir tout

De danse, de météo et de politique

Puisque les principaux sujets de conversation en ce moment sont les pétages de plomb respectifs des hommes politiques et de la météo, et bien parlons en... Question météo, Mourad Merzouki, danseur et

Une autre héroïne

Aujourd'hui je voudrais vous parler de la claque que j'ai pris vendredi dernier. Il ne s'agit pas que de danse, mais il y a de la danse. Il s'agit de présence, de mime, de mise en scène, de jeu d'actr

C'e ancora domani

Si vous n’avez pas vu C’e angora domani, de et avec Paola Cortellesi, et en avez l’intention, alors allez le voir avant le 9 juin, et cessez de lire ce texte (à part si vous voulez une petite idée de

Comments


bottom of page