La charpente de nos vies


J'ai rêvé que je descendais en ascenseur au centre de la terre et y trouvais une bibliothèque géante.

J'ai rêvé que je plongeais dans une rivière avec un magicien, que nous nous fondions dans l'eau de la rivière et devenions de l'amour pur.

J'ai rêvé que, pour fuir, mes jambes me permettaient de parcourir des kilomètres en un pas.

J'ai rêvé que je hurlais à la lune avec des loups qui me déshabillaient en pleine forêt.

J'ai rêvé que je dansais en virevoltant dans les airs.

J'ai rêvé que je méditais dans la vague d'un tsunami.

J'ai rêvé que mon grand père me montrait le fond d'une caverne à la bougie, et que les parois étaient faites d'améthyste.

J'ai rêvé que j'étais à New York et que c'était un village moyenâgeux avec une immense pomme en or au centre.

A 15 ans, je rêvais tellement, et mes rêves étaient tellement dingues, que je me suis inscrite à un stage pour apprendre à les comprendre.

Près de 30 ans plus tard et des dizaines de carnets remplis de rêves, des dizaines de toiles aussi, il s'avère que certains étaient pure poésie, d'autres prémonitoires, d'autres une manifestation de ma force de vie, des décharges émotionnelles, ou encore des fantasmes : la palette est vaste.

A l'âge de 60 ans, un être humain a passé en moyenne 5 ans à rêver.

C'est probablement plus que le temps moyen qu'on passe à voyager. Si on y ajoute le temps qu'on passe à rêvasser, on arrive facilement à 10, 15, 20 ans. Et, qu'on s'en souvienne ou pas, les rêves nourrissent notre âme, tout comme les voyages. Mais passe-t-on autant de temps à préparer nos rêves qu'à préparer nos vacances ?

Et si nos rêves étaient la charpente de nos vies ? Si le rêve et la réalité étaient si étroitement liés qu'on ne pouvait ôter l'un sans que l'autre ne s'effondre ? Les rêves, quelle que soit leur forme, ne mériteraient-ils pas toute notre attention ?

Et si la danse était un art qui permettait de voyager du rêve nocturne au rêve éveillé, des rêves à leur manifestation concrète, d'apprendre à les écouter, les regarder, les incarner, leur donner vie ? Et si la danse nous permettait de donner à nos rêves l'attention qu'ils méritent ? De prendre soin de la charpente de nos vies ?

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Pour certains, il est l'ennemi public numéro un, dont il faut se débarrasser purement et simplement. Mais il est pernicieux, il se cache, se transforme, se déguise. Il n'existe pas d'instrument de mes

Je ne vais pas mentir, c'est rarement quand je suis devant mon ordinateur, en mode "bon ok, là j'ai deux heures pour être créative...", que je suis créative. Dans ces moments là, la fenêtre facebook m

Je suis dans un car pour trois heures. A côté de moi, un garçon et sa sœur. Les parents dorment. Moi non. J'écoute, je me rappelle, je prends des notes, le cœur serré, pour ne pas oublier: "Arrête