top of page

L'abondance... et puis quoi encore ?

Moi perso pour l’an prochain, j’invite la femme d’affaire en moi à se déployer un peu. Non pas pour gagner des tonnes de sous, mais pour être un peu plus à l’aise que je ne le suis avec les chiffres, dépasser mes multiples blocages autour des mathématiques, avoir un oeil régulier sur la réalité de ma situation financière, et du coup trouver des solutions pour résoudre les problèmes, quand ils pointent le bout de leur nez, s’ils pointent le bout de leur nez, ou même avant qu’ils ne pointent le bout de leur nez. Mais surtout pour apprendre peu à peu à me reposer sur ce qui est, sur ce que j’ai construit, et ne pas me laisser gober par le flou artistique que l’artiste et la poète ne peuvent s’empêcher de créer, et l’angoisse que celui-ci crée immanquablement.

 

En gros, j’aimerais que l’artiste rencontre un peu la businesswoman, qu’elles aillent main dans la main, l’une pour pour se déployer, l’autre pour assurer les arrières.


Et vous alors ? Si on pouvait se servir de la danse pour redéfinir notre relation à l’abondance, ce serait quoi votre besoin, votre objectif, ce qui vous entrave ? Quels seraient vos alliés ? Où iriez-vous les chercher ?

 

Cela fait partie des pistes que nous suivrons pour le stage Traversées du nouvel an. Du coup cette année, c'est sauna et jacuzzi en plus de la danse...!

 

Alors, on danse ?


Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page