Il y a toujours un MAIS...

J'adore la magie : cet art parallèle à la réalité rationnelle par lequel on peut faire évoluer le cours des choses dans le sens que l'on choisit... Mettez-y ce que vous voulez, le mot est assez vaste pour tout prendre : cet art qu'a la vie de répondre à nos prières, cet art qu'ont les rencontres de se faire comme si c'était écrit, cet art qu'ont nos yeux de voir la beauté partout où elle se loge. L'art avec lequel les petits miracles nous montrent que nous sommes sur la bonne voie, que ça avance, que ça marche, que les signes sont au vert ! Magique !

Oui mais, vous commencez à me connaître, il y a un MAIS ! Que se passe-t-il quand cesse la magie ? Est-ce à dire que ce n'est plus juste ou aligné, comme on dit dans le jargon ? Et qu'il faut donc abandonner, passer à autre chose... ?

Imaginez si, pendant la quête du Graal, chaque fois que les chevaliers avaient rencontré un obstacle, Merlin avait débarqué et d'un coup de baguette magique, avait réduit l'obstacle en question à néant... Imaginez si, lorsqu'ils étaient perdus, les chevaliers avaient abandonné la quête en disant que ce n'était pas fait pour eux, et qu'il y avait sans doute mieux ailleurs, en boudant parce que ce n'était pas magique... Ils auraient vite fait perdu leur superbe je pense...

Merlin aidait à certains moments, c'est certain, mais il existait aussi des moments où il aidait en n'aidant pas, car il savait que la magie ne rendrait pas service. D'autres moments où en aidant il savait qu'il ne rendait pas service, mais le faisait quand même. Et puis il y avait des situations dans lesquelles la magie n'avait tout simplement aucun effet.

Bref, il existe des moments où le travail doit prendre le relais sur la magie. Et ces moments là n'ont pas moins de valeur que les moments magiques, parce qu'ils permettent d'évoluer, à titre individuel, mais aussi dans la quête collective, car ne l'oublions pas, la quête du Graal est avant tout une aventure collective. Une des sagesses du magicien est de savoir faire la différence entre ces différents moments.

Et si la danse nous permettait d'apprendre à naviguer entre ces différentes réalités ? Et à tisser un lien solide entre travail et magie ?

Alors, on danse ?


Posts récents

Voir tout

La vie en mieux

Moi perso, s'il n'y avait pas la danse dans ma vie, j'aurais jeté l'éponge il y a longtemps. Parce qu'à l'intérieur de moi, il y a, entre autre, un putain de tyran, une espèce de sadique en cuir noir

Le grand amour

J'étais très jeune. Pas 10 ans. Ça a commencé par les pieds. Puis c'est passé aux genoux, je me rappelle. Et petit à petit, ça s'est diffusé dans tout le corps. Jusqu'aux ongles. A quinze ans j'ava

Mon corps de gloire

La formule mathématique du jour : Si c'est par la sensibilité qu'on s'ouvre à l'absolu, et que la sensibilité se cultive par l'art : qu'est-ce qu'on attend pour pratiquer la danse, et retrouver notre