top of page

Ici la terre

Quand je vois un vers de terre égaré au milieu de la route, je le remets sur le bas côté, passant outre un instant de dégout, pour le sauver d'une mort certaine par écrasement. Je les chéris: à une époque je les appelais même "mes bébés".  Tellement je les aime. Ce petit machin fabrique la terre et la rend fertile. A tel point que la survie de notre espèce dépend de la leur, à aussi juste titre que de celle du grand tigre, de la baleine bleue ou des abeilles. En plus silencieux, discret et gluant. Certes.


Autant vous dire que je passe des heures à bichonner mon compost, et ne le dites à personne mais j'ai parfois l'impression, quand je suis sur le dancefloor, d'être tout comme ces petits vers qui grouillent, à qui tu donnes tes déchets et pouf, ça te fait de la belle terre....  et pas seulement quand je suis en train de ramper en me contorsionnant...


Parfois je me demande comment je conserverais mon équilibre psychique si je n'allais pas régulièrement danser pour composter ma matière psychologique. Comment je vivrais si danser ne me permettait pas de transformer ce qui, s'il reste à l'intérieur de moi, devient toxique pour mon organisme et, s'il en sort, devient art? Comment je ferais si je ne pouvais pas transformer tout ça en matière créative? Mes peines, mes joies, mes passés, mes attentes, mes ratés, mes extases, tout quoi. Où est-ce que je mettrais tout ça?


Et si le dancefloor était mon sol? Ma terre? Mon moi dansant serait ce petit vers qui, digérant ma matière psychologique, créerait un socle solide, sain, aéré et fertile pour laisser fleurir ma créativité.


Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page