Essentiel!

J'ai commencé les ateliers en ligne dès le début du premier confinement, fière de ma capacité de rebond, de souplesse et d'adaptation. Je les ai maintenus parce que j'y ai pris goût et parce que certaines personnes y ont pris goût.

Mais ça n'est PAS mon métier! C'est un complément de mon métier, tout au plus, mais ça n'est pas mon métier.

Mon métier se fait dans une salle avec des gens, avec des contacts, avec des regards, des sourires, avec l'odeur des larmes, avec des vibrations qui arrivent jusqu'à moi et me permettent de savoir où et comment orienter la prochaine musique, la prochaine parole, le prochain regard.

Je continue l'atelier en ligne du mardi : venez, je suis triste et en colère contre l'injustice de devoir annuler tous mes ateliers en présence, mais j'aime tout ce que je fais, sinon je ne le ferais pas.  En revanche j'ai besoin d'être claire sur le fait que je n'ai pas envie de participer plus que ça à la création d'un monde en 2D, d'un monde sans goût ni odeur, sans peau, sans visage. Je ne veux pas participer à la création de la croyance que tout ceci est ok. Et qu'on peut vivre, même un peu, sans sortir de chez soi.

Sortir de chez soi est essentiel.

Danser est essentiel.

Respirer est essentiel.

Voir des gens est essentiel.

Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

La vie en mieux

Moi perso, s'il n'y avait pas la danse dans ma vie, j'aurais jeté l'éponge il y a longtemps. Parce qu'à l'intérieur de moi, il y a, entre autre, un putain de tyran, une espèce de sadique en cuir noir

Le grand amour

J'étais très jeune. Pas 10 ans. Ça a commencé par les pieds. Puis c'est passé aux genoux, je me rappelle. Et petit à petit, ça s'est diffusé dans tout le corps. Jusqu'aux ongles. A quinze ans j'ava

Mon corps de gloire

La formule mathématique du jour : Si c'est par la sensibilité qu'on s'ouvre à l'absolu, et que la sensibilité se cultive par l'art : qu'est-ce qu'on attend pour pratiquer la danse, et retrouver notre