top of page

Y a de la joie

Et si la joie était une ressource,

Pas seulement une conséquence?

Et si être présent

A ce qui est, au plus près, quoi que ce soit,

Suffisait?

Quoi que ce soit?

En ce moment c'est un peu dur à croire,

Mais oui, quoi que ce soit.

Et si nos corps pouvaient servir à trouver cette joie là?

Incarnée. La joie d'être. 

Pas celle avec des petits coeurs, des soleils et des fleurs partout. 

Même si c'est joli les fleurs.

Celle qui fait aussi avec l'ombre. 

Le sombre et l'adversité.

Dis donc ça demande une sacrée dose

De confiance d'oser venir au monde.

Et si on venait armés de ça. 

Mais qu'on l'avait oublié. 

Et si la danse servait à nous le rappeler?

Ça expliquerait pourquoi les humains des quatre coins

S'acharnent à danser...

Au nom du corps.

Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page