top of page

Y a de la joie

Et si la joie était une ressource,

Pas seulement une conséquence?

Et si être présent

A ce qui est, au plus près, quoi que ce soit,

Suffisait?

Quoi que ce soit?

En ce moment c'est un peu dur à croire,

Mais oui, quoi que ce soit.

Et si nos corps pouvaient servir à trouver cette joie là?

Incarnée. La joie d'être. 

Pas celle avec des petits coeurs, des soleils et des fleurs partout. 

Même si c'est joli les fleurs.

Celle qui fait aussi avec l'ombre. 

Le sombre et l'adversité.

Dis donc ça demande une sacrée dose

De confiance d'oser venir au monde.

Et si on venait armés de ça. 

Mais qu'on l'avait oublié. 

Et si la danse servait à nous le rappeler?

Ça expliquerait pourquoi les humains des quatre coins

S'acharnent à danser...

Au nom du corps.

Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

C'e ancora domani

Si vous n’avez pas vu C’e angora domani, de et avec Paola Cortellesi, et en avez l’intention, alors allez le voir avant le 9 juin, et cessez de lire ce texte (à part si vous voulez une petite idée de

Soleil de minuit

A l’aube la nuit côtoie le jour. La musique nourrit le silence. Ou inversement. Et inversement. Il arrive qu’on ne fasse plus la différence entre le ciel et la terre. Quand il pleut le bitume prend la

Silence, on danse...

La semaine dernière, je suis passée derrière des musiciens en résidence au Regard du Cygne qui m'ont laissé une salle... sans musique. Un atelier en silence. Petit moment de solitude jusqu'à ce que, r

Comments


bottom of page