top of page

A tous les flippes du Tarot, ceci n'est pas un stage de divination...

...mais une plongée dans la puissance énergétique et symbolique des arcanes du tarot.

Le tarot de Marseille est au départ un jeu de cartes à jouer. Son origine reste mystérieuse. Certains pensent qu'il vient d'Italie, d'autres de Chine, en passant par les Mongols, d'autres d'Inde en passant par les Bohémiens, d'autres d'Egypte, de France, et d'ailleurs. On n'arrive pas à se mettre d'accord, tout simplement, comme c'est le cas pour beaucoup de créations humaines, parce qu'on en trouve des traces partout sur la planète, dans des cultures très éloignées les unes des autres, et à différentes époques, sans que nous ne soyons capables de déterminer le chemin parcouru. Et ce depuis le XVe siècle.

Une chose est sûre : ces images ont traversé les siècles et voyagé à travers le monde avant de nous parvenir, affinées comme de l'eau de source, toujours aussi mystérieuses. C'est de ce mystère que nous partons, sans intention d'en tirer des certitudes. Quelles qu'elles soient, surtout pas des certitudes quant à l'avenir : en d'autres termes, ceci n'est pas un stage de divination !

Car si le tarot peut aujourd'hui être utilisé comme source d'inspiration, comme catalyseur, c'est sans doute parce qu'il s'est chargé, à travers les siècles et durant son long périple, d'un pouvoir énergétique, magique, alchimique, appelez le comme vous voulez... le rendant capable de nous permettre d'accéder à l'inexploré. Au mystère.

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page