top of page

Dialogue avec Solange


Oui Solange, c'est sûr, mais moi, je fais partie de ces gens qui ne savent pas dire "je t'aime". Peut-être parce que..., sûrement parce que..., ..., ou encore parce que... Peu importe pourquoi en fait: "je t'aime", ça sonne faux dans ma bouche, comme un truc étranger, comme la texture d'une dent soignée après une carie, à laquelle on ne s'est pas encore habitué. Du coup j'ai longtemps pensé que j'étais anormale, comme malade de la maladie de... non-amour?

Et puis j'ai vécu à Londres et j'ai découvert que "I love you" pour les anglais, c'est beaucoup moins grave que "je t'aime": tout le monde dit "I love you", entre amis, frères et soeurs, parents et enfants... C'est beaucoup plus courant et facile. Du coup j'ai profité de l'anonymat de l'étranger hors de son pays d'originie et hors de sa langue maternelle pour tester, pratiquer incognito. Au début c'était timide, avec un accent à couper au couteau, puis ça s'est fluidifié, jusqu'à devenir super facile, voire jouissif...

Je n'étais donc pas malade. Ma relation à ma langue maternelle n'était pas très aidante, ou aimante, voilà tout. Un autre langage et hop, c'était parti!

Et si la solution, quand on sait pas dire "je t'aime", c'était d'apprendre? Et si la danse libre et consciente était aussi une langue pour dire "je t'aime", celle du corps? La piste de danse serait ce pays voisin où l'on peut tester, se tromper, bafouiller, en toute sécurité, jusqu'à savoir parler, dire...

Dire un "je t'aime" bien vaste, pas forcément le "je t'aime" de "veux-tu m'épouser, ni celui de "tu es mon alter ego", mais plus un "je t'aime" de "tu es un être humain, toi aussi, et quand je te vois danser, je peux voir la vie te traverser de part en part, je peux voir le bonheur d'exister, je peux voir la beauté d'un corps en mouvement, je peux voir la force et la vulnérabilité, je peux percevoir le monde dans lequel tu te meus, je peux voir que quand tu danses, tu fais l'amour avec la vie, et ça me fait du bien, parce qu'à travers toi, je me réconcilie avec toute l'humanité". Ce genre de "je t'aime" là.

Ou encore un "je t'aime" de:

"Vous,

Oh mes bassin, pieds, colonne vertébrale, tête,

Cage thoracique,

Genoux, coudes, poignets, et le reste:

Je vous aime!

Tant de miracles ne serait-ce que pour une main articulée:

A travers vous je reconnais le génie de la vie".

Des "je t'aime" comme il est bon d'en pratiquer.

Alors, on danse?


Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page