Une âme nourrie

Je ne vais pas mentir, c'est rarement quand je suis devant mon ordinateur, en mode "bon ok, là j'ai deux heures pour être créative...", que je suis créative. Dans ces moments là, la fenêtre facebook m'appelle, la fenêtre tout court, mon regard devient vague et je dérive dans le cosmos. Mollement. Ou alors, à l'extrême inverse, le ménage n'attend plus, il faut le faire immédiatement, même si ça fait une semaine que ça traine, le courrier doit être traité, tout ce qu'il y a faire doit être fait. Maintenant. Dans un tourbillon d'énergie. Va comprendre.

Certes, le sentiment de culpabilité me ramène devant l'ordi : "Travaille, dit-il, c'est pas comme ça que tu vas gnagnagnagnagna...". Et j'y retourne. Je me remets devant l'écran, et je cherche. Je cherche l'inspiration. Mais tout ce que je gagne, c'est de la fatigue. Et du temps perdu. Et par miracle, quand je me disperse à nouveau dans les trucs à faire, pouf, l'énergie est de retour...

Je suis d'accord, il y a de la fuite. Mais s'il n'y avait pas QUE de la fuite ? Et si mon cerveau savait, quelque part, qu'il est beaucoup plus efficace, clairvoyant, créatif, inspiré, quand mon corps est en mouvement ? Bon j'avoue, si c'est pour passer la serpillière, y a plus inspirant aussi... Mais, mais, mais, si je marche, si je jardine, si je, si je, si je danse ! Si je nourris mon âme par l'intermédiaire de mon corps, par les pores de ma peau, par mes muscles... alors mon corps et mon âme font à nouveau équipe, et mon cerveau, oxygéné, redevient créatif...

Tout arrive : les images, les intuitions, les décisions, les prises de conscience, les idées.

Et si le mouvement, la danse, étaient une nourriture pour l'âme ? Et une âme nourrie, une âme créative ? Ça se tente non ?

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

J'ai rêvé que je descendais en ascenseur au centre de la terre et y trouvais une bibliothèque géante. J'ai rêvé que je plongeais dans une rivière avec un magicien, que nous nous fondions dans l'eau de

Pour certains, il est l'ennemi public numéro un, dont il faut se débarrasser purement et simplement. Mais il est pernicieux, il se cache, se transforme, se déguise. Il n'existe pas d'instrument de mes

Je suis dans un car pour trois heures. A côté de moi, un garçon et sa sœur. Les parents dorment. Moi non. J'écoute, je me rappelle, je prends des notes, le cœur serré, pour ne pas oublier: "Arrête