top of page

On dansait déjà dans les cavernes

On m'a dit un jour que j'avais choisi comme métiers deux activités qu'on faisait déjà dans les cavernes : la danse et la peinture. J'avoue que depuis je me pose des questions : est-ce qu'on a commencé à peindre avant de danser ou l'inverse ? Et la musique dans tout ça ? Est-ce qu'on s'est mis à faire de la musique parce qu'on dansait, ou s'est-on mis à danser parce qu'on faisait de la musique ? Est-ce que c'est en dansant qu'on a créé les premières musiques ? Pas sûre qu'il existe des réponses à ça...

En tout cas une chose est sûre : il doit exister un gêne de la musique et un gêne de la danse dans nos corps. Peut-être même que c'est le même. Quand j'écoute de la musique, je surprends des tensions dans ma nuque, dans mes épaules, dans mon dos, si je n'écoute qu'avec mes oreilles. Alors que si j'autorise ne serait-ce qu'un tout petit mouvement, si je laisse mon corps suivre son instinct et que je bouge, c'est comme si la musique traversait mes cellules et savait exactement le chemin à prendre. Depuis la peau jusqu'aux profondeurs et inversement.

Malgré toutes les règles de bienséances qu'on nous a collé sur le front, l'humanité n'a pas oublié, probablement parce que c'est ce dont elle est faite.

Et si la musique savait exactement le chemin à prendre ? Et si la danse savait aussi exactement le chemin à prendre ? Et si nos corps et nos êtres étaient dessinés autour des gênes de la musique et de la danse ? Capable de se laisser traverser

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page