top of page

Note pour moi même

N’oublie pas de danser.

Pousse un peu les meubles. Mets de la musique, ou pas, et fais ce que tu ferais dans le confort d’une salle pleine de gens qui dansent, chacun dans son monde, les uns avec les autres. Rappelle toi la confiance que tu as dans ton corps quand la musique est là et qu’elle circule entre nous tous. Rappelle toi les mains tendues, les yeux voyageurs, l’énergie des danseurs qui ricoche sur ta peau et l’emporte avec elle sans que tu saches trop comment ça marche. Rappelle toi de danser quand tu es fatiguée.

Rappelle toi de danser quand tu es triste, pour retrouver celle qui en toi connait le chemin du retour à la joie. Ce chemin sans route qui zigzague sur un plancher, entre les corps mouvants dans la lumière.

Rappelle toi toutes les fois où c’est la danse qui t’a porté.

Et n’oublie pas de danser.

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page