L'éternité. Rien que ça.

Crée-t-on jamais autre chose que les conditions propices

À la naissance de l'éternité?


Désherber ses plates bandes pour que puisse pousser

Cette seconde où soudain, la ligne du temps se fait floue,

Et nous laisse glisser dans une sphère où rien n'existe plus,

Car le monde s'y résume à ce qui est.


Hisser le point d'équilibre dont la hauteur permet

De surpasser l'épaisse couche de ténèbres entassées,

Et d'enfin capter les rayons d'un soleil égoiste.


Se forger dans le feu une audace rougeoyante,

Et creuser à mains nues la terre de son corps,

En quête de cet espace où tout est expansé.

Savoir par dessus tout que s'y cache ce trésor.


Ne pas baisser les bras : créer est un combat.

Il faut tenir sa garde, éviter les coups bas du balancier,

Invisible adversaire de souvenirs et d'espoirs mêlés,

Qui nous tient hors de portée de l'astre.


J'ai compris ce jour là le message de la fleur.

Sur la piste de danse,

Epuisée par des heures de bataille et de pleurs,

Ecrasée par le poids de toutes mes resistances,

Juste avant de m'offrir à la nonchalance tragique

Du découragement, littéralement

Sur la dernière note de musique,

J'ai levé les bras au ciel, dans un geste si juste que,

Sans m'y attendre le moins du monde,

J'ai joui de l'éternité.


Victoire de la force de se laisser porter.


Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

La vie en mieux

Moi perso, s'il n'y avait pas la danse dans ma vie, j'aurais jeté l'éponge il y a longtemps. Parce qu'à l'intérieur de moi, il y a, entre autre, un putain de tyran, une espèce de sadique en cuir noir

Le grand amour

J'étais très jeune. Pas 10 ans. Ça a commencé par les pieds. Puis c'est passé aux genoux, je me rappelle. Et petit à petit, ça s'est diffusé dans tout le corps. Jusqu'aux ongles. A quinze ans j'ava

Mon corps de gloire

La formule mathématique du jour : Si c'est par la sensibilité qu'on s'ouvre à l'absolu, et que la sensibilité se cultive par l'art : qu'est-ce qu'on attend pour pratiquer la danse, et retrouver notre