top of page

Entre don et conquête

Je la vois, au loin, étalée, ouverte, fière.

Telle un sublime paysage, paisible et attirante, elle s'offre, se donne.

Je la contemple. Je la veux. Je m'approche pour la capturer et la garder tout contre moi, avec l'espoir que ce soit pour toujours.

Les mains en avant, sur la pointe des pieds, le corps courbé, les pupilles dilatées.

Mais à mesure que se réduit la distance entre elle et moi, les détails s'affinent et se font plus précis. Elle se transforme, s'accidente. Elle prend chair, corps et muscles, énergie : elle prend vie. Le décor idyllique se transforme alors en un parcours du combattant fait de boue, de feu, de torrents, de falaises de verre, et de sang: elle se cabre, se défend.

J'en perds mes moyens, je ferais n'importe quoi pour ne plus avoir à m'y frotter, j’abdique: on n'attrape pas la liberté comme ça. Pas plus qu'un animal sauvage elle ne se laisse mettre en cage. Elle se méfie. Se protège. S'échappe.

Plus on s'approche de la liberté, plus elle nous fait peur, et plus on l'effraie en retour. Comment l'approcher sans la faire détaler ?

Et si c'était en dansant ?

Alors, on danse ?

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page