top of page

Ce que nous avons oublié de savoir

Je le dis souvent : être en piste c'est comme faire un tirage de cartes.

Il y a ce que je suis, il y a comment je me sens, il y a ce qui est présent dans la pièce ce jour là, à cette heure là, il y a les partenaires sur lesquels je tombe, il y a ce qui se joue entre nous, il y a ce que ça me fait vivre, il y a ce que j'y lis, ce que j'y comprends, ce que ça meut en moi et où ça m'emmène.

C'est pour ça que l'alliance entre la danse et le tarot est une telle évidence.

C'est aussi parce qu'au delà de danser ce que je ressens et qui je suis, la danse et le Tarot nous permettent d'explorer la puissance des symboles en mouvement, et ainsi de renforcer le lien entre nos imaginaires et nos corps.

Tout ça c'est pour les raisons rationnelles.

Et puis il y a le reste. Ce qui nous échappe et qui soudain fait advenir l'incroyable puissance du hasard, l'incompréhensible manière qu'ont la danse et le tarot de parler au plus profond de nous et de créer la parfaite magie de l'inattendu, sur mesure. De chuchoter au plus profond de nous ce que nous avons oublié de savoir. De parler à nos cellules, à nos corps. Du plus profond des âges.

Lucie et moi avons, chacune à sa manière, consacré une large partie de nos vies à l'amour du mouvement et à l'amour des symboles. Lucie a suivi et absorbé l'enseignement d'Alejandro Jodorowski pendant des années. Son enseignement est imprégné de la puissance des actes psycho magiques. De mon côté, Lucie ayant été mon enseignante pendant près de 20 ans, c'est tout mon apprentissage de la danse qui en est imprégné !

Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page