Baudelaire n'a jamais cessé d'écrire

Six poésies coupées au cutter dans la première édition des Fleurs du Mal. L'éditeur ruiné par les amendes et un an de prison ferme. A l'époque c'est l'ordre moral qui dicte la loi. En sortant de prison, l'éditeur propose un nouveau projet à Baudelaire.

Baudelaire n'a jamais cessé d'écrire.

Aujourd'hui des pans entiers de la culture coupés au cutter. C'est l'ordre sanitaire qui dicte la loi. 

Baudelaire n'a jamais cessé d'écrire.

Alors, on danse?

Posts récents

Voir tout

Il y a toujours un MAIS...

J'adore la magie : cet art parallèle à la réalité rationnelle par lequel on peut faire évoluer le cours des choses dans le sens que l'on choisit... Mettez-y ce que vous voulez, le mot est assez vas

Vivant

(...) Dans l'épaisseur du feuillage étaient gravées les empruntes de deux pieds côte à côte et tête-bêche, chacun assez grand pour accueillir un homme couché. L'un avait son talon à l'est, l'autre

L'insoutenable légèreté de l'être

La vie est dure. Elle irait même jusqu'à être injuste. J'entends parfois qu'il y a un sens à tout. Je l'ai tellement entendu que j'ai failli y croire. Et j'ai passé du temps, beaucoup de temps, à cher