top of page

Ne me console pas s'il te plaît


Tu me trouves surprise de ta venue,

Comme à chaque fois que tu débarques,

Car toutes celles où tu me quittes,

Je crois ne jamais te revoir.

J'aimerais pouvoir t'appeler vieille amie,

Mais te traite encore en étrangère.

Tu n'es pas rancunière,

Mais j'ai honte de ma manière

De te recevoir.

Vois-tu je n'ai pas confiance en toi :

Comme si tu étais grossière,

Allais me voler quelque chose,

Ou ne savais pas l'heure de partir.

Alors c'est moi qui le suis.

Je ne t'ouvre pas la porte.

Je te laisse mariner, telle la mégère

Qui se cache derrière ses voilages,

Pour voir qui est là, sans être vue,

Et ne laisse aucune chance

A ceux qu'elle ne connaît pas.

Pourtant je te connais.

Mais vas savoir pourquoi,

Ne te reconnais jamais.

Je vais t'accueillir comme il se doit,

Te prendre dans mes bras,

Te servir un thé chaud et doré.

T'offrir une place enveloppante.

Te passer une musique

Sur laquelle je fredonnerai,

Et qui dira bienvenue

Sans que j'aie à le prononcer.

Bonjour tristesse,

M'accorderez-vous cette danse?

Alors, on danse?


Posts récents

Voir tout

Indomptable

Je ne vais pas entrer dans le débat de savoir si Poor things de Yorgos Lanthimos est un film féministe ou l'inverse d'un film féministe, même si la question est intéressante et en fait un film intéres

Les danseurs anonymes

Peut être l'avez vous remarquée ou vue : une exposition de photographies est dédiée à Rudolph Nureev à l'Opéra Garnier, pour commémorer les 30 ans de sa mort. Une des plus grandes figures de la danse.

Passer par le corps pour trouver sa voix

Pour vous souhaiter une bonne année, je cite Bessel Van der Kolk et son livre Le corps n’oublie rien, lu dans le cadre de la formation à l’accompagnement des traumas que je démarre fin janvier : « Le

bottom of page