Confidentialité


JE NE SUIS PAS UN DANSEUR : je ne sais pas danser, tu ne sais pas danser, je suis trop gros, trop vieux, pas assez ci ou ça, pas fait pour, pas adapté, c'est trop tard...: danser, mettre son corps en mouvement, et qui plus est être son propre chorégraphe, est un acte hautement courageux, si l'on considère le nombre de croyances/minutes qui y sont liées. Tant de vulnérabilité mise à jour pour dépasser ces barrières physiques, psychiques, psychologiques, relationnelles, sociales, et oser être pleinement soi en mouvement et en relation! C'est vertigineux. Danser, c'est confier une part de son être profond à l'autre, au groupe, au dancefloor, car le corps ne ment pas, ou pas longtemps. Il livre ses secrets. Rapidement.

Depuis mes premiers pas dans l'enseignement de la danse libre et consciente, je reçois comme des confidences chacune de nos danses, et réalise à quel point le lâcher prise est lié à la confiance que l'on peut accorder au cadre, à la structure proposée, ainsi qu'aux uns et aux autres. Apprivoiser le regard extérieur pour s'autoriser à être aussi présent que possible avec lui, parfois malgré lui, et ainsi apprivoiser le regard intérieur, plus ou moins cruel.

Depuis plusieurs mois, j'ai ajouté à mon processus d'enseignement et à mon processus artistique, l'envoi hebdomadaire d'une lettre où je vous confie les liens que je fais entre la danse, la vie, l'art sous toutes ses formes. J'y mets ce que je perçois, comprends, ne comprends pas du grand et mystérieux bordel de l'existence! Avec tout mon cœur. Et sans mâcher mes mots.

Et voilà que la législation européenne se préoccupe de confidentialité... humm... soit... Alors voilà que je me mets à écrire là dessus, aussi. Pour vous dire plusieurs choses. La première : je n'utilise aucune de vos données personnelles pour autre chose que pour vous envoyer des nouvelles du monde de la danse et l'art version Garance, des invitations à y plonger, des inspirations peut être, de quoi vous rappeler qu'il est important de mettre la danse et l'art dans son calendrier, des fois que la vie vous le fasse oublier, ce qui est courant. Parce que la beauté sauvera le monde.

La seconde : non seulement vos informations personnelles sont top secrètes, mais en plus, tout ce qui se passe dans la danse, que ce soit en mouvement ou en mots, est également top secret: règle élémentaire pour que la confiance puisse continuer à se tisser entre nous : pas génial d'aller raconter à droite à gauche ce que Cunégonde a vécu mardi dernier sur le dancefloor... car Paris est si petit pour ceux qui comme nous s'aiment en secret d'un aussi grand amour.

Cela dit, je peux concevoir que certains d'entre vous puissent ne pas avoir envie de recevoir ces lettres hebdomadaires, d'autant que la newsletter est à la mode et que je ne suis ni la première ni la dernière... et que toutes mes infos, textes de ladite newsletter compris, dates de stages, codes de portes, horaires en tous genres, sont sur mon site internet : www.DanseInspiree.com! Si c'est votre cas, n'hésitez pas à vous en désinscrire sur le lien en bas de ce mail. Et sii vous voulez continuer à les recevoir, rien à faire... si ce n'est attendre la prochaine...

Le mot anglais confidence se traduit par confiance...: des racines communes entre la confidence que l'on fait, en mots ou en corps, et la confiance que l'on a dans la ou les personnes qui la reçoivent! Et si la danse tissait la trame de notre relation à la confiance, réparait les trous en y brodant des fleurs?

Alors, on danse?


Crédits photographiques :

Matthieu Nopsirorg, Tom Sanslaville,

Martine Gastineau

Vous aimez la Danse Inspirée?

Faites le savoir ici ou là :

garancem@msn.com  /  06 63 36 49 95 

  • Facebook Classic